Greta ou l’histoire avec un grand H

Greta ou l’histoire avec un grand H

Récemment, la visite de la jeune militante écologiste Greta Thunberg à l’Assemblée Nationale française a fait polémique. Son jeune âge et son manque de qualification en matière scientifique ont été pointés du doigt. S’il est pourtant une chose que ne peuvent lui dénier ses détracteurs, c’est que son discours a engendré des répercussions spectaculaires et inattendues. Comme le soulignait The Economist, il existe bel et bien un « effet Greta » qui s’est manifesté par exemple par la baisse du nombre de passagers aériens en Suède. La lycéenne, par ses discours, a provoqué un « sentiment de honte » à l’idée de prendre l’avion.

Ceux qui sont choqués par l’influence inattendue de certaines personnes, ou actualités, ignorent que toute histoire singulière s’inscrit dans l’Histoire et que tout évènement est le produit d’une longue accumulation dont les effets peuvent être saisissants. Un détour par la physique peut s’avérer instructif. Le modèle du tas de sable (sandpile model), illustration célèbre d’un système complexe, fournit une analogie utile pour mieux comprendre l’influence parfois décisive d’un individu dans ce système complexe qu’est la société. Imaginons une table sur laquelle on verserait des grains de sable, un par un, donnant progressivement naissance à un tas. Il arrivera un moment critique où l’ajout d’un seul grain entrainera une déstabilisation. Le fait remarquable est que si quelques grains de sable seulement peuvent dévaler la pente, tout le tas peut également s’effondrer. Il aura suffi d’un grain supplémentaire pour qu’une situation apparemment stable puisse abruptement basculer vers un nouvel équilibre. A cet égard, Greta Thunberg pourrait être comparée au grain de sable qui fait basculer l’ensemble du tas. Son impact planétaire est certes immense et inattendu mais il découle largement des efforts incessants de la communauté scientifique internationale pour alerter le public sur les effets dévastateurs du changement climatique.

Ne négligeons pas non plus la force d’une bonne histoire qui, lorsqu’elle est attrayante, est susceptible de modifier les comportements de ceux qui l’écoutent. Dans une étude récente, l’économiste Eliana la Ferrara, soulignait l’impact de certaines émissions télévisées comme 16 and Pregnant sur MTV qui semble avoir contribué à une baisse du taux de grossesse à l’adolescence en fournissant une description réaliste des difficultés d’élever un enfant. Parallèlement, un grand nombre de téléspectatrices brésiliennes apparaissent avoir adopté les comportements sociaux modernes des héroïnes de leurs telenovelas (feuilletons télévisés) préférées, provoquant une baisse significative du taux de fécondité. Pour revenir à notre sujet, il n’est pas invraisemblable d’imaginer que les adolescents se trouvent plus de points communs avec Greta, une jeune fille de leur âge, qu’avec des scientifiques ou politiques appartenant à la génération de leurs parents. Tout comme certaines émissions télévisées, les interventions de Greta servent alors de révélateur et de catalyseur : elles accélèrent la transmission de faits avérés mais souvent peu connus en dehors de cercles de spécialistes. Ce faisant, ces interventions, comme un ultime grain de sable, en viennent à influencer les comportements de millions de personnes.

L’exemple de Greta Thunberg devrait nous inspirer. Il montre que notre contribution à la marche du monde peut sembler marginale lorsque celle-ci est étudiée isolément du reste mais qu’elle peut être décisive lors de conjonctures historiques particulières. Après tout, un grand révolutionnaire est une personne talentueuse qui a la chance de se trouver au bon moment de l’Histoire. Qui d’entre nous sera le prochain grain de sable causant une avalanche ?

Rodolphe DesbordesProfessor of Economics, Strategy Research Centre, SKEMA Business School - University Côte d'Azur, France

Tous ses articles

Frédéric MunierProfessor of Geopolitics, SKEMA Business School

Tous ses articles

Fermer le menu